Tools for searching and preparing trilobites (only in french at this time)

Fouille sur le terrain     Dégagement/Préparation     Moulages     Référencement/Rangement de la collection

Matériel à emporter pour la fouille sur le terrain
Fouilles dans les champs

Des Bottes (les champs sont souvent boueux)
Un Sac (solide) ainsi que du papier journal au cas où ...
Un marteau pas trop lourd (il faut le traîner) pour casser les blocs de roche ou les nodules, l'idéal étant un marteau de géologue.
Il peut être utile d'amener avec soi un marteau plus lourd pour faire masse lors de la casse des nodules. En effet, les nodules sont souvent durs à casser, il est donc préférable de casser les nodules dans un coin du champ à l'aide de ce marteau.

Un sac sur mesure ...Marteau de géologue (type "plat") ...
Fouilles de type "carrière"

  Tout d'abord, un conseil de prudence:

 La fouille dans les carrières, même les plus petites,  peut s'avérer dangereuse (j'en sais quelque chose...), c'est pourquoi, avant de se lancer dans une fouille, il faut prendre le temps de bien examiner le terrain et ses dangers (éboulements possibles, terrain accidenté, roche coupante, proximité d'une route ou voie ferrée, engins de chantier, vipères...)
Les accessoires:
Des vêtements solides !
Des gants pour les douillets! (genre gants de travail)
Un sac à dos solide ou une caisse, éventuellement des petites boîtes.
Du papier journal, du coton ou du sopalin (impératif)
éventuellement des lunettes de protection contre les éclats.

Lunettes de protection ...
Les outils:
Un marteau léger type marteau de géologue (pour cliver la roche par exemple)
Le burin (plat de préference et assez fin suivant la dureté de la roche)
Un marteau assez lourd pour taper contre le burin. Il faut faire très attention aux burins ébréchés qui peuvent produire des éclats très dangereux.
Le pied de biche (utile pour désenclaver de gros blocs)
éventuellement, selon la configuration du site: pelle, pioche ...

Un marteau de géologue (type "pic") ...Un modèle de pied de biche ...


est un fabricant d'outils spécialisés pour la géologie . Vous pouvez notamment acquérir ce matériel sur le site de la revue "minéraux&fossiles"  ou sur le site "Atelier La Trouvaille"

  => Mais, une bonne partie du matériel peut se trouver dans des magasins de bricolage ...


Matériel pour le dégagement et la préparation des trilobites

Ne pas dégager un fossile vous même si vous ne disposez pas du matériel adéquat. 

Pour le travail "grossier"

  Le marteau et le burin : Ils peuvent être utiles pour certains types de roche et dans certaines situations, mais globalement, je déconseille ces outils pour le dégagement (c'est un peu la roulette russe !).
 
Toute une gamme de burins ...Une massette à utiliser avec les burins ...

  La meuleuse d'angle avec disque diamanté: La meuleuse d'angle est utilisée pour scier ou réaliser un polissage grossier. Personnellement, je l'utilise beaucoup pour dégrossir la roche préalablement au dégagement de précision. L'usage du disque diamanté est vivement recommandé (les disques d'entrée de gamme conviennent parfaitement). Le sciage est très rapide; il faut donc être très attentif ! En outre, cet outil émet beaucoup de vibrations; il faut éviter de l'utiliser sur des pièces trop fragiles. La meuleuse est un outil dangereux, bruyant et qui produit de la poussière et des éclats; il faut donc être extrêmement prudent lors de sa manipulation. L'usage de gants, d'un casque antibruit et de lunettes de protection est impératif.

Meuleuse d'angle

La scie circulaire diamantée: il s'agit d'un matériel semi-professionnel qui coûte relativement cher. Le support de la scie est fixe; la lame diamantée en rotation est refroidie et lubrifiée avec de l'eau ou de l'huile (préférer le refroidissement par eau). La coupe est lente (plusieurs minutes), mais elle est précise et limite les vibrations. en outre, elle permet de scier aisément des roches très dures. C'est l'appareil idéal pour réaliser des sciages, afin de réduire une plaque trop encombrante par exemple. Toutefois, il faut l'utiliser avec modération; en effet, beaucoup de collectionneurs de trilobites préfèrent les plaques "naturelles".
 
Scieuse électrique ...


Pour le dégagement de précision

Remarques:
- Il est souvent utile de pouvoir disposer d'une binoculaire pour effectuer ce type de dégagement.
- Il est parfois nécessaire de recoller l'échantillon au préalable

Le cutter : C'est un outil particulièrement efficace, mais il faut acquérir un certain coup de main! Il est relativement bien adapté pour les roches tendres, genre schiste.

L'aiguille: A utiliser  pour certaines finitions, en complément du cutter par exemple.

Le micro-percuteur, aussi appelé micro-burineur ou micro-graveur : C'est un appareil pneumatique qui nécessite l'emploi d'un compresseur pour son  fonctionnement. A mon avis, c'est l'un des outils les mieux adaptés aux dégagement des fossiles en général, en effet, il peut s'utiliser sur tout type de roche. Attention ! Son utilisation nécessite une certaine maîtrise! De plus, il faut se méfier des vibrations émises qui peuvent  détériorer les parties fragiles d'un  fossile (ex: yeux des trilobites). Il y a plusieurs fabricants, dont la marque WEN (celui que j'utilise) ainsi que la marque CHICAGO. C'est un appareil qui demande beaucoup de soins pour fonctionner correctement dans la durée; en particulier, il est nécessaire d'utiliser une huile de lubrification pneumatique. Certaines pièces d'usure (pointe, ressort, bague thorique) peuvent être changées. L'usure de la pointe (en carbure de Tungstène) dépend beaucoup de la nature de la roche; avec les schistes, cette pointe est quasi-inusable. Le prix du graveur complet est d'environ 150 euros. Un compresseur d'entrée de gamme (cuve de 50 L, pression max 8 bars) à moins de 100 euros convient parfaitement. Pour plus de confort, il est recommandé d'utiliser un casque anti-bruit ainsi que des lunettes de protection afin de se protéger contre les petits éclats.
 
Compresseur pneumatiqueMicro-percutteur pneumatique WEN...
Dégagement d'un trilobite au micro-percuteur pneumatique

Il existe aussi une version électrique (marque "vibrograv"), mais qui ne permet pas un travail aussi fin qu'avec la version pneumatique.

graveur électrique

La sableuse: Le principe de cet appareil: un jet de sable sous très haute pression. C'est un outil de finition qui nécessite d'extrêmes précautions d'utilisation du point de vue de la sécurité. A réserver pour les roches dures (genre grès) et un certain type de fossilisation. Exemple d'utilisation : les trilobites dévoniens Marocains et Américains ainsi que les trilobites Russes de la rivière Wolchow.

Sableuse


Nettoyage

Le nettoyage d'un trilobite s'effectue la plupart du temps avec de l'eau. Attention toutefois, certains types de conservations (roches très tendres ou très ferreuses) ne supportent pas l'eau. Il convient donc d'effectuer un essai préalable sur un échantillon sans valeur. Le mieux est de se renseigner auprès d'autres collectionneurs possédant déjà des échantillons provenant du même gisement.

La brosse à ongles : une petite brosse à ongles (poils en nylon) est particulièrement utile pour le nettoyage. A manipuler avec prudence en fonction de la fragilité du trilobite (attention aux yeux et aux épines).
Le savon de Marseille: j'utilise souvent du savon de Marseille pour faciliter le lavage. Il est important de bien rincer à l'eau claire ensuite.

Remarque: Des méthodes de nettoyage à base de produits chimiques (ex: acides) existent pour les trilobites ayant la carapace calcifiée, mais je ne les maîtrise pas.

Collages et consolidation

De multiples solutions de collages existent. Celles que je présente sont  issues de mon expérience et sont particulièrement adaptées pour les trilobites. Un collage de qualité, c'est à dire discret et résistant, est crucial pour la valeur de collection d'un trilobite.

la colle "Superglue": je pense qu'il s'agit de la colle la plus efficace et la plus polyvalente pour recoller un trilobite (cette colle peut également servir à renforcer des fissures car elle est très liquide). Il est primordial que l'échantillon à recoller soit parfaitement propre et sec. Cette colle agit très rapidement (quelques secondes), il faut donc réaliser le collage du premier coup avec un geste assuré. Avant le collage, il faut s'assurer que les pièces à assembler s'ajustent parfaitement (il ne soit y avoir aucun espace significatif entre les surfaces à coller); car la colle superglue est une colle type "contact". Voici la méthode détaillée à suivre:
- Laver les morceaux de l'échantillon à recoller, en insistant sur les surfaces de collage
- Attendre que les morceaux soit parfaitement secs (très important). L'idéal étant d'attendre 24 heures
- Vérifier l'assemblage des différents morceaux
- Vérifier l'absence d'éventuels petits éclats de sédiments pouvant gêner le collage
- Appliquer de la colle sur les surfaces des morceaux à assembler (pour les petites pièces, l'encollage simple d'une seule face est suffisant). Il est très important de ne pas utiliser trop de colle, car le surplus peut baver sur l'échantillon au moment de l'assemblage; en outre un excès de colle rend le collage moins solide.
- Assembler les morceaux en pressant fortement pendant environ 10 secondes (normalement, les morceaux restent collés). Il est parfois intéressant d'utiliser un serre-joint lorsque c'est possible, notamment sur les pièces de grandes dimensions; cela permet de réduire l'épaisseur du joint de collage.
- Il faut attendre plusieurs heures pour que la colle soit définitivement sèche; l'idéal étant d'attendre 24 heures. Il est ensuite possible d'effectuer un travail de dégagement (ce type de collage est extrêmement résistant s'il a été réalisé correctement).
Astuces:
- Certaines marques de colle superglue (ex: marque SUPER U que je recommande) ont un pinceau applicateur qui est très pratique, car il permet d'appliquer la colle de manière uniforme et correctement dosée, surtout sur les petites pièces.
- pour les très petits morceaux (ex: un oeil), utiliser une épingle de couture pour appliquer la colle (déposer préalablement de la colle sur une feuille de papier)
- pour retirer un  excès de colle séchée (tendance à blanchir en présence d'humidité), utiliser prudemment de l'acétone avec un sopalin.
- pour désassembler un collage à base de superglue, plonger l'échantillon dans un bain d'acétone pendant plusieurs heures puis retirer minutieusement tous les résidus de colle à l'aide d'un sopalin et éventuellement d'une aiguille.
La colle epoxy "Araldite": permet de réaliser un collage sur une pièce de grande dimension. Cette colle est très résistante mais aussi très contraignante d'emploi (colle bi-composant). En outre, le collage est généralement grossier. Cette colle est donc à réserver pour des collages où la superglue ne convient pas.
La résine polyester: permet de consolider un bloc de sédiment fragile et grande dimension. Il est également possible d'y adjoindre de la fibre de verre pour renforcer la solidité. L'usage typique est la consolidation ou l'assemblage d'une grande plaque de schiste de fine épaisseur; la résine s'applique toujours sur la face opposée à celle présentant le fossile! Le maniement de la résine est très salissant et contraignant (usage d'un durcisseur).
Le Rhodopass: permet de consolider une roche poreuse ayant tendance à s'effriter (le rhodopass imprègne la roche). Ce produit se présente sous la forme de petite billes qu'il faut faire fondre dans de l'acétone; cela donne une espèce de colle d'aspect mat qu'il faut ensuite appliquer au pinceau sur la pièce à consolider. Le dosage d'acétone varie suivant le type de roche. Ce produit est introuvable en grande surface et coûte assez cher dans un magasin spécialisé dans la géologie.

Restauration

La restauration d'un fossile, et d'un trilobite en particulier peut être sujet à polémique. Personnellement, cela ne me dérange pas pourvu que cela soit signalé lors de la cession de la pièce. J'en ai moi réalisé quelque unes, mais uniquement pour quelques pièces rares de ma collection. Je ne suis pas vraiment doué pour ce type de travail; je pense que cela nécessite des compétences artistiques et beaucoup de patience... Je me limite donc à présenter les quelques produits que j'ai utilisé à titre personnel, sachant qu'il en existe certainement beaucoup d'autres.
Le mastic polyester "Synthopierre": il s'agit d'une pâte permettant de reconstituer de la roche. Elle s'utilise conjointement avec un durcisseur. On peut en trouver dans certains magasins de bricolage. De base, elle a un aspect gris clair; il est possible d'y adjoindre des colorants.
La colle à bois: La colle à bois est une solution très bon marché qui, étonnamment, donne de bons résultats. Il est possible de mélanger la colle avec des restes débris de sédiments afin de reconstituer la roche; toutefois, le résultat esthétique n'est pas toujours satisfaisant. L'adjonction de colorants (peinture acrylique) est possible.
Les colorants: de la simple peinture acrylique aux pigments, il est nécessaire d'effectuer beaucoup d'essais avant de déterminer les bonnes proportions !


Moulages

A des fins d'études ou de prêt, il est parfois nécessaire de réaliser des moulages. Les moulages ne sont toutefois pas recommandés pour les pièces fragiles. La réalisation de moulages n'est pas très compliquée, mais il faut faire preuve de beaucoup de patience...

Voici quelques produits très utilisés:

Le latex: très populaire dans le milieu scientifique, ce produit permet de réaliser des moulages mettant en évidence de nombreux détails. Le latex n'altère pas l'échantillon à mouler. Il se présente sous la forme d'un liquide visqueux blanchâtre et dégage une très forte odeur d'ammoniac; il est vendu en bouteille dans les magasins de loisirs créatifs ou artistiques. Il peut se conserver plusieurs années dans une bouteille parfaitement hermétique à l'abri de la lumière. Ce n'est pas un produit spécialement dangereux à manipuler; il faut surtout éviter de respirer les vapeurs d'ammoniac et travailler dans un local ventilé.
Le plâtre: permet de réaliser un moulage de copie à partir d'un moule en latex. Il faut utiliser un plâtre spécial moulage; il est possible d'en trouver dans les magasins de bricolage.

Ce site contient des conseils intéressants sur les techniques de moulage:
http://www.pascalrosier.com/conseil/exemples/moules_en_latex/moules_en_latex.htm

Voici les deux techniques que j'ai déjà mis en oeuvre:

Le Moulage inverse

Le moulage inverse à base de latex est très utilisé par les scientifiques. Il permet notamment de faire ressortir des détails intéressants à partir des contres-empreintes de trilobites (granulations, surfaces visuelles ...).

La méthode à suivre est la suivante:
- Préparer une dose de latex dans un petit récipient (genre petite bouteille). Mélanger quelques gouttes d'encre de chine noire; cela donne un aspect grisâtre au latex qui ensuite deviendra complètement noir au séchage.
- Humecter l'échantillon à mouler avec de l'eau chaude afin de favoriser l'adhésion du latex par capillarité.
Moulage inverse (échantillon original)
- Déposer une fine couche de latex sur la partie à mouler puis attendre le séchage (quelques heures). Le moulage est réalisé en appliquant plusieurs couches successives de latex sur l'échantillon; il faut attendre le séchage entre chaque couche; il est possible d'utiliser un sèche-cheveux pour accélérer le séchage des différentes couches de latex. Utiliser une spatule (en bois ou en plastique) pour répartir uniformément le latex.
Moulage inverse (application du Latex liquide)
- Lorsque l'épaisseur de latex est suffisante (7 à 8 couches en moyenne), attendre plusieurs jours que le moulage soit parfaitement sec.
Moulage inverse (Latex sec)
- Décoller délicatement le moulage en latex de l'échantillon. Rincer l'échantillon original avec de l'eau savonneuse afin de supprimer les résidus d'ammoniac.
Moulage inverse (démoulage)
- Supprimer les éventuelles bavures de latex séchées à l'aide d'un cutter ou d'une paire de ciseaux.

Il en résulte un moulage élastique noir très solide qui peut ensuite être photographié. Il est possible de déposer une fine couche de poudre d'ammoniac (blanche) sur le moulage afin d'accentuer les détails pour les photos (la couche de poudre d'ammoniac doit être déposée par évaporation).

Moulage inverse (résultat final)


Les moulages en latex sont à conserver à l'abri de la lumière (très important) sous peine de se dégrader très rapidement; l'idéal étant de les emballer dans du papier d'aluminium.

Le Moulage de copie

Le moulage de copie à pour but de  réaliser une réplique de l'échantillon original, la plus fidèle possible.

La méthode à suivre est la suivante:
- Préparer un récipient aux dimensions de l'échantillon à mouler (pour contenir le latex)
- Humecter l'échantillon à mouler avec de l'eau chaude afin de favoriser l'adhésion du latex par capillarité.
- Déposer une fine couche de latex sur la partie à mouler puis attendre le séchage (quelques heures). Le moulage est réalisé en appliquant plusieurs couches successives de latex sur l'échantillon; il faut attendre le séchage entre chaque couche; il est possible d'utiliser un sèche-cheveux pour accélérer le séchage des différentes couches de latex. Utiliser une spatule (en bois ou en plastique) pour répartir uniformément le latex. Il faut veiller à laisser une zone libre aux dimensions suffisantes (généralement située sur la face opposée de l'échantillon), afin de permettre le démoulage.
Moulage de copie (application du Latex)
- Il faut répéter l'opération jusqu'à ce que le moule soit suffisamment rigide (dépend de la taille de l'échantillon); en moyenne une dizaine de couches de latex pour un échantillon de quelques centimètres.
- Attendre plusieurs jours que le moulage en latex soit parfaitement sec.
Moulage de copie (Latex sec)
- Décoller délicatement le moulage en latex de l'échantillon. Rincer l'échantillon original avec de l'eau savonneuse afin de supprimer les résidus d'ammoniac.
Moulage de copie (démoulage)
- Supprimer les éventuelles bavures du moule en latex à l'aide d'une paire de ciseaux. Rincer le moule en latex avec de l'eau savonneuse.
Moulage de copie (moule en Latex ébavuré)
- Positionner le moule en latex bien à plat sur une table, en le calant si nécessaire pour qu'il ne se déforme pas. Il est possible de le placer en suspension dans un récipient remplit d'eau (permet de répartir uniformément la charge).
- Remplir le moulage avec du plâtre spécial moulage. Le plâtre doit être suffisament liquide et parfaitement mélangé.
Moulage de copie (coulage du plâtre)
- Attendre que le plâtre soit parfaitement sec (environ 48 heures)
- Démouler délicatement la copie en plâtre. Rincer le moule en latex avec de l'eau savonneuse afin de supprimer les résidus de plâtre.
Moulage de copie (démoulage du plâtre)
- Supprimer les éventuelles bavures de plâtre (à l'aide d'un cutter par exemple)
Moulage de copie (résultat final)Moulage inverse (résultat final: détail oeil)

Remarque: le premier moulage en plâtre est souvent de qualité médiocre car le moule n'est pas rodé; il ne faut pas hésiter à en réaliser plusieurs.

Référencement et rangement de la collection

Il s'agit là d'un problème auquel beaucoup de collectionneurs sont confrontés. Personnellement, j'ai collectionné les fossiles pendant plus de 15 ans sans avoir adopté une véritable méthode de référencement pour ma collection, et je pense ne pas être le seul dans ce cas...
Pourquoi référencer sa collection ? Plusieurs raisons:
- cela permet de pallier à nos trous de mémoire sur l'identification des échantillons
- cela permet d'accroître son efficacité pour rechercher un échantillon
- cela augmente sa valeur scientifique
- cela permet d'évaluer sa valeur financière (important pour nos proches qui s'y retrouveront plus facilement le jour où ils auront à gérer ce "lourd" héritage!)

La règle d'or: Une autre personne que vous doit être capable d'estimer le contenu de votre collection et de s'y retrouver facilement.

Je présente ici la méthode que j'ai adopté pour référencer et ranger ma collection.

Référencement et Identification des échantillons

Le référencement peut s'effectuer à l'aide d'un fichier au format papier ou au format informatique (base de données). Personnellement, j'utilise un système de base de données informatique qui permet également d'effectuer des impressions papier.

Le fichier doit contenir au minimum les informations suivantes pour chaque échantillon : une référence, sa détermination, sa provenance, sa datation (étage géologique). Il est possible d'y adjoindre d'autres informations utiles : une photographie,  son mode d'acquisition (découverte personnelle, achat, échange), sa valeur financière, l'auteur scientifique, ses dimensions, son poids, sa date d'entrée en collection ...
Une référence unique doit être attribuée à chaque échantillon; cette référence sert de point d'entrée pour accéder aux informations du fichier. J'ai adopté le format suivant pour la référence: CHG-XXXXX (CHG sont mes initiales, XXXXX est un numéro). Les initiales permettent d'identifier de manière simpliste la collection (utile en cas de prêt d'une pièce); le numéro peut être choisi de manière purement séquentielle (recommandé) ou suivre une logique personnelle (difficile à gérer).
Base de données informatique : Elle peut être de conception personnelle (exemple: sous Excel) mais il existe beaucoup de logiciels "prêt à l'emploi" plus ou moins complexes à installer et à utiliser. Pour ma part, j'ai trouvé le logiciel Trilobase particulièrement bien adapté pour un usage amateur. Trilobase s'appuie sur une base de données MSACCESS; il permet de saisir  une liste d'informations exhaustive sur les échantillons ainsi que sur les gisements associés.
recommandations:
- Comme toute donnée informatique, il faut penser à effectuer des sauvegardes régulières de la base de données sur un support externe (ex: CD-ROM).
- Il faut restreindre les photos en nombre et en taille afin de limiter le dimensionnement de base de données (j'utilise des images au format JPEG avec une résolution 400x300 pixels en mode "paysage"). Pour la photo, positionner une règle à côté de l'échantillon afin de donner l'échelle; un double-décimètre en aluminium est parfait.
- Lorsque la base de données devient importante en taille (plusieurs centaines de méga-octets), il est souhaitable de créer plusieurs bases de données séparées plus petites en fonction de critères à définir (période géologique par exemple).

Logiciel TRILOBASE (écran principal)

Le logiciel Trilobase permet de réaliser des impressions papier sous forme de fiches ou d'étiquettes pour chaque échantillon. Les fiches peuvent être rassemblées dans un classeur (rangement en fonction de l'ordre croissant de la référence). Les étiquettes de présentation sont faites pour accompagner l'échantillon dans le lieu de rangement.

Fiche TRILOBASE pour classeur 
Etiquette de présentation TRILOBASE
Marquage des échantillons

La référence doit être marquée directement sur chaque échantillon (les étiquettes peuvent se perdre! elles sont a réserver pour les très petits échantillons ainsi que les individus enroulés sur lesquels il est impossible de réaliser un marquage). Un marquage de qualité doit présenter les caractéristiques suivantes:
- résistance dans le temps
- repérage aisée de la marque
- résistance au lavage

Après avoir recensé différentes méthodes et consulté différents avis, voici la méthode que j'ai retenu pour réaliser le marquage:
- Polir préalablement une zone destinée au marquage si nécessaire (lorsque la roche est trop granuleuse par exemple). Le polissage peut s'effectuer avec une meuleuse d'angle. Eviter de choisir une zone d'appui afin de prévenir toute dégradation du marquage..
- L'échantillon à marquer doit être propre et sec
- Appliquer une fine couche de blanco (Tipp-ex) si possible en un seul passage; il faut éviter un surdosage de blanco qui aura tendance à s'écailler. La marque Tipp-ex possède un applicateur sous forme d'éponge qui permet de doser uniformément le produit.

Blanco (Tipp-ex)couche de blanco

- Attendre que le blanco soit parfaitement sec. L'idéal étant d'attendre 24 heures.
- Ecrire la référence de l'échantillon avec un stylo à encre de chine (Rotring), de couleur noire (personnellement, j'utilise un Rotring 0.35). Le blanco préalablement appliqué a pour avantage de limiter l'usure du stylo Rotring ! (ce qui n'est pas un luxe compte-tenu du prix de ce type de stylo). Le stylo Rotring est très utilisé en dessin industriel et il est possible de se le procurer dans les papeteries.

Stylo à encre de chine (Rotring)

- Attendre que l'encre de chine soit parfaitement sèche. L'idéal étant d'attendre 24 heures.
- Appliquer une couche de vernis polyuréthane (appliqué en un seul passage si possible), genre vernis incolore pour le bois (certaines personnes utilisent aussi du vernis à ongles). Laisser sécher au moins 24 heures.

couche de vernis

astuces:
- pour les échantillons de petite dimension, écriture directe à l'encre de chine (noire ou blanche en fonction de la couleur de la roche).
- pour les très petits échantillons ainsi que les individus enroulés, utiliser une petite boîte avec une étiquette dans la boîte.

Rangement de la collection

Il y a plusieurs manières de ranger sa collection: par gisement, par étage géologique, par taxonomie... Personnellement, j'ai retenu le rangement par gisement (et par niveaux) car cela donne un aperçu fidèle de l'écosystème de l'époque.

Enfin, la finalité d'une collection est d'en faire profiter les autres (amasser dans des caisses, des tonnes de cailloux, non dégagés et non déterminés, ne présente aucun intérêt!). Ainsi, il est important de mettre en valeur sa collection; les vitrines étant l'idéal lorsque l'on dispose de la place suffisante!  Les meubles à grands tiroirs sont également très pratiques et permettent de ranger un nombre important de pièces.

Ordovician Trilobites of Brittany